Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/09/2009

Voici venir le temps des assassins

images.jpeg23 suicides à France télécom, six suicides d'agriculteurs dans la Manche depuis le début de l'année, une PAC sanglante!

 

04/09/2009

Louis-Napoléon Bonaparte, un bien joli portrait; toute ressemblance ...

 

Les Français revendiquent à cor et à cri leur sens de la démocratie et de la République, et nos hommes politiques...n'en parlons pas!

D'ailleurs ceux-ci ne tarissent jamais d'éloges, de livres, sur nos deux grands démocrates que furent Napoléon Ier, qui saigna la France à blanc, et son pseudo-neveu qui acheva la tâche de son "oncle".Napoleon3.jpg

"Nous avons fait (Napoléon Ier a fait) de nos alliés naturels, les Allemands, nos pires ennemis", écrivait Tocqueville à son neveu, attaché d'Ambassade à Vienne puis à Berlin. Quant à Napoléon III, que l'on admire tant également, il fut, lui aussi, constamment en guerre...jusqu'au Mexique, puis contre la Prusse, en 70. Idée de génie!

On connaît la suite, comme une généalogie biblique, 70 engendra 14 qui engendra 39-45.

Coût total des opérations :environ 100 millions de mort et une Europe condamnée au déclin.

Mais ne dites pas cela à Max Gallo ni aux autres.

Tocqueville qui fut, cinq mois,ministre des Affaires Etrangères, de celui que la hiérarchie catholique désignait à ses fidèles comme "l'envoyé du très-Haut" (ce qui fâchait Alexis qui n'imaginait pas celui-ci avec des yeux globuleux et une barbichette), et qui tenta, en vain d'empêcher cet obsessionnel de commettre son coup d'Etat, Tocqueville, dis-je, nous livre, dans ses Souvenirs, un délicieux portrait de l'empereur, esprit fumeux entouré de vauriens et de drôlesses!

"La nation l'avait choisi pour tout oser, et ce qu'elle attendait de lui, c'était l'audace et non la prudence. Il avait toujours, dit-on, été très adonné aux plaisirs et peu délicat dans le choix. Cette passion de jouissances vulgaires et ce gout du bien-être s'étaient encore accrus avec les facilités du pouvoir. Il y alanguissait chaque jour son énergie, y amortissait et rabaissait son ambition même.

Son intelligence était incohérente confuse, remplie de grandes pensées mal appareillées, qu’il empruntait tantôt aux exemples de Napoléon, tantôt aux théorie socialistes, quelquefois aux souvenirs de l'Angleterre où il avait vécu; sources très différentes et souvent fort contraires. Il les avait péniblement amassées dans des méditations solitaires, loin du contact des faits et des hommes, car il était naturellement rêveur et chimérique. Mais, quand on le forçait de sortir de ces vagues et vastes régions pour resserrer son esprit dans le limites d'une affaire, celui-ci se trouvait capable de justesse quelquefois de finesse et d'étendue, et même d'une certaine profondeur, mais jamais sûr et toujours prêt à placer une idée bizarre à côté d'une idée juste.

En général, il était difficile de l'approcher longtemps et très près sans découvrir une petite veine de folie, courant ainsi au milieu de son bon sens, et dont la vue, rappelant sans cesse les escapades de sa jeunesse, servait à les expliquer.

On peut dire, au demeurant, que ce fut sa folie plus que sa
raison qui, grâce aux circonstances, fit son succès et sa force 
car le monde est un étrange théâtre. Il s'y rencontre des moments 
où les plus mauvaises pièces sont celles qui y réussissent le mieux. Si Louis Napoléon avait été un homme sage, ou même un homme de génie, il ne fût jamais devenu président de la République.

Il se fiait à une étoile ; il se croyait fermement l'instrument de 
la destinée et l'homme nécessaire. J'ai toujours cru qu'il était 
réellement convaincu de son droit, et je doute que Charles X ait jamais été plus entiché de sa légitimité qu'il l'était de la sienne ; 
aussi incapable, du reste, que celui-ci, de rendre raison de sa foi : car s'il avait une sorte d'adoration abstraite pour le peuple il ressentait très peu de goût pour la liberté. Le trait caractéristique et fondamental de son esprit, en matière politique, était la haine et le mépris des assemblées. Le régime de la monarchie constitutionnelle lui paraissait plus insupportable que celui même de la république. L'orgueil que lui donnait son nom, qui était sans bornes, s'inclinait volontiers devant la nation, mais il se révoltait à l'idée de subir l'influence d'un parlement.

Il avait eu, avant d'arriver au pouvoir, le temps de renforcer ce goût naturel que les princes médiocres ont toujours pour la valetaille, par les habitudes de vingt ans de conspirations passés au milieu d'aventuriers de bas étage, d'hommes ruinés ou tarés, de jeunes débauchés, seules personnes qui, pendant tout ce temps, avaient pu consentir à lui servir de complaisants ou de complices. Lui-même, à travers ses bonnes manières, laissait percer quelque chose qui sentait l'aventurier et le prince de hasard. Il continuait à se plaire au milieu de cette compagnie subalterne, alors qu'il n'était plus obligé d'y vivre.

Je crois que la difficulté qu'il avait à exprimer ses pensées autrement que par écrit l'attachait aux gens qui étaient depuis longtemps au courant de ses idées et familiers avec ses rêveries, et que son infériorité dans la discussion lui rendait, en général, le contact des hommes d'esprit assez pénible. Il désirait, d'ailleurs, avant tout, rencontrer le dévouement à sa personne et à sa cause (comme si sa personne et sa cause avaient pu le faire naître) ; le mérite le gênait pour peu qu'il fût indépendant. Il lui fallait des croyants en son étoile et des adorateurs vulgaires de sa fortune. On ne pouvait donc l'approcher qu'en passant à travers un groupe de serviteurs intimes et d'amis particuliers, dont le général Changarnier me disait, dès ce temps-là, qu'on pouvait les définir presque tous par ces deux mots qui rimaient ensemble : escrocs et marauds.

En somme rien n'était au-dessous de ses familiers si ce n'est sa famille composée en majeure partie de vauriens et de drôlesses.

Tel est l'homme que le besoin d'un chef et la puissance d'un souvenir avaient mis à la tête de la France, et avec lequel nous allions avoir à la gouverner.napoleon3.jpg

 

Fort heureusement, le Très-Haut nous épargne de telles turpitudes!images.jpeg

 

Ne me faites pas dire ce que je ne dis pas; la hiérarchie catholique a toujours été démocrate, de nos jours encore...La preuve : elle a soutenu Pétain, Mussolini et Franco et canonise, aujourd'hui, les prêtres franquistes, alors que les autres, on n'a pas attendu, ils ont été "canonisés" par l'artillerie franquiste avec la bénédiction des prélats !images.jpegimages.jpeghitler_pretres.jpg


07/07/2009

L’illusionniste et le canard sans tête

images.jpeg

 

On l’a vu, l’annonce faite par Sarkozy d’un grand emprunt a provoqué une grande émotion, même au sein de sa majorité, chacun étant bien conscient qu’au rythme où il dépense, avec ses goûts de grandeur, de faire valoir, le risque était majeur de voir accentuer la dette de façon catastrophique pour la suite des finances de la nation.

Levée de boucliers, donc.

Sarkozy n’est pas un stratège, en matière de stratégie c’est du n’importe quoi, le pire du pire, la référence au modèle américano-bushiste : permettre les emprunts hypothécaires, baisser les impôts des riches, travail le dimanche.

En revanche c’est un tacticien habile, un homme de coups un illusionniste « et je te sors un, deux, trois lapins d’un chapeau : un Besson, un Kouchner, un simulacre de Lang, ‘un Rocard ou rien’ avec un Juppé ! » photo_1246867769730-7-0.jpg

Ces deux derniers sont là pour servir de caution, on va serrer la dépense ; l’emprunt sera utilisé avec profit.

Il est vrai que dire : « Lançons un grand emprunt » sans dire de combien ni pourquoi faire, ça ne faisait pas sérieux. Mais c’est là la façon habituelle de procéder : faire du bruit, lancer des contre-feux, tirer à contre-pied…

Le plus étrange nous renvoie à la naïveté des citoyens face à une pratique et un discours illusionniste et illusoire et quasi schizophrène : en même temps qu’il dénonce l’immoralité du capitalisme et du libéralisme exacerbés sur le plan mondial, on continue de faire à peu près l’inverse sur le plan intérieur. Pas totalement, il y a un certain nombre d’actions de soutien, les procédures mises en place par Martin Hirsch, par exemple, mais pour le reste, on continue de démanteler à tout va !

« Et pendant ce temps-là, »…le silence de la dame des 35 heures est assourdissant !

Ils sont extraordinaires ces socialistes ; il y a dans leur écurie nombre de gens de qualité qu’on embauche au FMI, à la direction de l’OMC, et également, comme Rocard comme négociateur, ambassadeur de France chargé des négociations internationales relatives aux pôles Arctique et Antarctique, ce qui est un élément capital d’un point de vue écologique, puis président avec Juppé de la commission chargée de l’emploi qui sera fait de l’emprunt si cher à Sarkozy.

 

Bref, le président va faire ses courses dans le vivier, les réserves des socialistes : la technique du coucou.

Et pendant ce temps-là, Martine Aubry fait part de ses impressions après l’élection d’Hénin-Beaumont, comme elle a dénoncé le projet de réforme hospitamière voici un mois, soit des mois après le début du dossier. L’avez-vous vue sur les lieux ?images.jpeg

Ajoutons que l’un des premiers actes de Martine Aubry, après sa prise de pouvoir, fut de demander à André Vallini de bien vouloir, comme disait Pierre Dac « : « la fermer avant de l’ouvrir ». Sacrée Martineimages.jpeg, André Vallini a donné sa démission alors qu’il était l’un des rares à travailler avec intelligence et pugnacité sur le dossier du projet de suppression du juge d‘instruction annoncé par Nicolas Sarkozy.images.jpeg

 

Mais c’est là une vieille tradition ; on peut difficilement faire pire : stupides et récidivistes. Ils ont joué Mollet contre Mendès (Président du Conseil 6 mois 18 jours) ; avec l’illustre Tonton ils ont flingué leur seul leader ayant une stature nationale et internationale. Le Président Tonton, l’ami de Bousquet ayant lancé un scud - LE TAPIE - pour faire imploser la campagne européenne du parti quand Rocard en était le premier secrétaire. Allez les amis : « Osez, Osez Joséphine-Martine »images.jpeg

Osez tout, c’est à çà qu’on vous reconnaît(ra)

Et le PS de poursuivre son chemin comme un canard sans tête !

 

P.S. : On peut lire le dernier livre de Vincent Duclert, historien, professeur à l'Ecole des hautes études en sciences sociales et auteur de La gauche devant l'Histoire - A la reconquête d'une conscience politique (le Seuil)  qui dénonce la pratique récidivante du PS consistant à casser les intelligences et à choisir les plus médiocres ; comme quoi l’expression : « on peut faire tout avec une épée, sauf s’asseoir dessus » n’est pas vraie pour tous. Alors les plus archaïques, sclérosés, crient et se débattent comme des diables dans un bénitier ! « Allez vous faire bénir » disait mon amie Lucia…